Seguros médicos Ceuta

Questions les plus fréquentes au sujet des contraceptifs

Quel est le meilleur moyen de contraception?

Le marché offre à l’heure actuelle un large panel de moyens de contraception aux femmes. Pour choisir le contraceptif le plus adapté, il faut tenir compte d’une série de facteurs:

 

– Facteurs constitutionnels : âge, poids, taille, IMC (indice de masse corporelle)

 

– Facteurs obstétricaux : parité (nombre et type de grossesses)

 

– Possibilité ou non d’utiliser des hormones : certaines femmes, en raison de maladies propres ou d’antécédents familiaux de cancers hormonodépendants, ne peuvent pas prendre de traitement hormonal et doivent recourir à un autre moyen de contraception.

 

– Type de rapport sexuel : l’existence de multiples partenaires sexuels, d’un partenaire instable ou d’autres contacts à risque nous oblige à recommander le recours à une méthode barrière.

 

– Durée de validité souhaitée du contraceptif : le moyen de contraception utilisé variera en fonction des souhaits génésiques de la personne.

 

– Fréquence d’utilisation souhaitée : les contraceptifs hormonaux actuels permettent une utilisation quotidienne (comme dans le cas de la pilule), mensuelle (anneau vaginal) et même une fois tous les 3 ou 5 ans dans le cas des implants ou du DIU (dispositif intra-utérin).

 

– Risque d’oubli : les contraceptifs à long terme évitent les oublis et protègent de grossesses non désirées.

 
 

Pourquoi faut-il choisir un contraceptif hormonal?

En l’absence de contre-indication clinique, choisir un contraceptif hormonal assure une haute protection contre les grossesses non désirées (jusqu’à 99%). En outre, l’utilisation d’un contraceptif hormonal comporte de multiples effets positifs : amélioration du contrôle du cycle menstruel, réduction des douleurs menstruelles (dysménorrhée) et diminution de l’acné, par exemple.

 
 

Les contraceptifs hormonaux comportent-ils des effets secondaires?

Comme tous les médicaments, dans une plus ou moins grande mesure, les contraceptifs hormonaux peuvent causer des effets secondaires. Les effets secondaires les plus fréquents sont la céphalée (maux de tête), les nausées, les douleurs dans la poitrine et saignements irréguliers, en particulier au début de la prise de la pilule, mais ces effets disparaissent habituellement endéans les deux ou trois mois. S’ils persistent, il est conseillé de consulter un spécialiste.

 
 

Des périodes d’interruption sont-elles nécessaires durant l’utilisation de contraceptifs?

Il n’existe aucune preuve indiquant l’utilité de périodes d’interruption, et il faut garder à l’esprit qu’en l’absence d’utilisation d’un autre moyen de contraception, il existe un grand risque de grossesse non désirée..

 
 

Les contraceptifs peuvent-ils affecter la fertilité?

Non. Le fait d’avoir utilisé un contraceptif réversible, hormonal ou non, n’affecte pas la fertilité par la suite.

 
 

Les contraceptifs hormonaux protègent-ils des Infections transmissibles sexuellement (ITS)?

Aucun moyen de contraception hormonal ne protège contre les maladies sexuellement transmissibles ni contre le SIDA. C’est pourquoi, durant les rapports sexuels à risque, il est conseillé d’utiliser également un préservatif, en plus de votre contraceptif.

 

Dans le cas du DIU, hormonal comme au cuivre, il est conseillé aux patientes ayant des rapports sexuels à risque d’utiliser un autre moyen de contraception, étant donné que les IST et le SIDA sont associés à un risque de développer une sévère infection pelvienne.

 

En cas de rupture du préservatif durant un rapport sexuel à risque, il existe un risque non négligeable de grossesse même s’il n’y a pas eu éjaculation. Afin d’éviter une grossesse non désirée, la patiente peut avoir recours à la contraception d’urgence (la pilule « du lendemain ») dans un délai de 72 heures suivant le rapport sexuel à risque. De plus, il existe un risque de contagion de maladies sexuellement transmissibles, c’est pourquoi il est important de consulter un spécialiste afin de connaître les mesures à prendre.

 
 

Contraception en post-partum : tous les moyens de contraception sont-ils adaptés?

Le type de contraception à prendre en post-partum dépend des facteurs cités précédemment, mais également de l’allaitement maternel éventuel.

 

En l’absence de contre-indication, il est conseillé aux femmes qui optent pour ce type d’allaitement (entre les 6 semaines et les 6 mois suivant l’accouchement), d’utiliser une contraception progestative pure, sous quelque forme que ce soit (c’est-à-dire, un contraceptif ne contenant pas d’œstrogènes) ou un dispositif intra-utérin (DIU au cuivre ou hormonal).

 
 

Le DIU doit-il impérativement être posé durant les menstruations?

Le DIU peut être posé à tout moment du cycle menstruel si l’on est certain que la femme n’est pas enceinte, mais il est conseillé de le poser durant les menstruations car le col de l’utérus est plus dilaté durant cette période. La pose s’en voit facilitée et moins désagréable.

 

Le DIU doit toujours être posé et retiré par un médecin spécialiste, et un suivi doit avoir lieu endéans les 4-6 semaines suivant l’insertion (après les premières menstruations) et ensuite une fois par an, ou plus régulièrement si cliniquement indiqué.

 
 

Si vous souhaitez vous rendre à une consultation dans notre unité de gynécologie, contactez-nous.

Dra. Ruiz Alfonso

Especialista en Ginecología en HC Ceuta

 

 

février 22, 2017

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

 

 

Toutes les nouvelles






    Vous voulez recevoir les nouvelles de HC Hospitales? *

     

     

    HC Ceuta

    Soins spécialisés

    Pourquoi HC Ceuta?

    S’abonner à notre newsletter

    S'abonner à